TRAVERSER VOS FRONTIÈRES

Lorsque vous constatez que les différences culturelles entravent l’avancement d’un projet ou des relations, vous savez qu’il faut trouver une autre stratégie. Télécharger mon GUIDE GRATUIT qui souligne les 3 points clés de la compréhension interculturelle.

  Téléchargez mon GUIDE GRATUIT

Mon voyage jusqu’ici

J’ai commencé ma vie professionnelle en tant qu’enseignante dans le Nord-Ouest du Canada en travaillant avec les plus petits. Ensuite, j’ai épousé un français, j’ai déménagé en France et toute ma vie a changé en l’espace d’un voyage en avion au-dessus de l’Atlantique.

Je n’étais absolument pas préparée à ce que ce déménagement signifiait. Je n’étais vraiment pas consciente de l’impact de mon choix sur le “qui” j’étais et le “comment” j’allais vivre (et c’était un choix délibéré).

Oh, les histoires que je pourrais vous raconter !

Quelque chose d’aussi simple que l’argent – la monnaie était les Francs français à l’époque – je n’avais aucune idée de ce que valait un franc, ni comment les compter, ou si j’étais escroquée, ou si le prix était juste.

J’étais amoureuse et une épouse toute débutante, ce qui est déjà un énorme changement de vie. En moins de 3 mois, j’avais aussi changé de pays, de langue et de culture.


Comment ai-je géré tout cela?

Au début, très mal.

Mon mari m’a fortement soutenue et a m’aidé comme il a pu. Malgré ses bonnes intentions, j’étais misérable, mais heureuse avec mon mari. Je me suis sentie terriblement seule, mais soutenue, incapable de communiquer avec n’importe qui, sauf mon mari, en anglais ou en français, frustrée, désenchantée mais excitée, déterminée mais pas très patiente, rebondissant d’un l’émotion à l’autre avec des hauts, des bas, des milieux, et j’avais le sentiment d’être déchirée.

Je ne parlais pas un mot de français, pas un mot. Et les Français ne parlent pas beaucoup l’anglais.

Je me souviens d’être allée un jour chez le médecin. Je ne connaissais que quelques mots de français, et lui, il ne parlait pas l’anglais. J’ai dû utiliser des gestes, les grognements et les gémissements pour expliquer où j’allais mal. Je me sentais gênée et triste que mes grandes capacités de communication soient réduites à des gestes primitifs.

J’étais en bien mauvais état.

Si je devais construire ma vie en France, je devais sortir de cet état.

Alors, d’abord apprendre la langue. J’écrirai un blog sur ce sujet et je vous ferai signe quand il est publié. En un mot, c’était une longue lutte difficile à cause de ma mauvaise attitude ! Oui, moi, qui suis joyeuse, optimiste, épanouie, je passais par de très mauvais tracas d’attitude.

Je m’en suis sortie … bien lentement et avec beaucoup d’étapes. J’ai avancé. J’ai appris le français.

Je suis maintenant bilingue, grammaticalement compétente pour l’essentiel, charmante, impressionnante – pour ne nommer que quelques mots que les gens m’ont dit.

Puis vint l’aspect culturel.

Il y a un continent et un océan qui séparent la culture du Nord-Ouest canadien et la culture française européenne. Je savais que ce serait différent, mais pas aussi différent que ce que j’ai découvert.

Eh bien, je n’avais aucune idée vraiment !

Et, ce qui est pire, autre que mon mari, je n’avais personne pour m’aider à comprendre et m’initier au pourquoi et au comment vivre dans ce pays.

Je ne connaissais personne, je n’avais pas d’amies.

La chose la plus difficile à faire est de faire de nouveaux amis dans un pays étranger. J’ai même essayé de faire partie d’un club de tricot pensant que cela pourrait être un endroit pour rencontrer des femmes. J’ai rencontré des femmes. Je n’en ai pas fait des amies.

Je ne savais pas comment me faire des amies en France – les inviter à prendre un café, les inviter chez nous, alors, non, pas tout de suite ! Pas pour longtemps – culturellement parlant, cela n’est même pas envisagé avant d’avoir établi une solide relation de confiance.

Ensuite, il y a l’apéro – qui inviter à cela?

Il m’a fallu des années, des décennies à comprendre les aspects culturels, les façons de vivre, de réagir, de devenir socialement acceptable. Certains diraient même une vie.


Et puis, ensuite ?

Eh bien, je suis finalement passée de l’enseignement aux plus petits à travailler avec des étudiants de Master en affaires dans les sections internationales et linguistiques au sein d’une Ecole Supérieure de Commerce en France.

Les étudiants venaient de tous les continents.  J’étais non seulement professeur, mais aussi examinatrice pour les épreuves d’entrée aux écoles supérieures en France.

J’ai AIMÉ ce travail pendant 18 ans. Je pouvais honnêtement et sincèrement dire “J’aime mon travail”.

Comme le temps passait inévitablement, en plus d’un programme d’enseignement complet, se sont ajoutées de plus en plus de responsabilités comme la formation des enseignants, le coaching pour les examens d’entrée, la gestion de petites équipes d’enseignants Il y avait de moins en moins de temps pour faire les choses comme je voulais les faire.

J’étais passionnée par mon travail jusqu’à ce que les changements de gestion remettent en question mes valeurs ; mon travail n’était plus le travail que j’avais aimé pendant tant d’années.

Beaucoup de mes collègues ont souffert de dépression, d’arrêts de travail et d’autres problèmes de santé liés au stress au travail, et moi, j’ai persévéré avec patience et détermination.

J’étais déterminée à toujours aimer mon travail, mais en fait, j’aimais mes étudiants et c’était pour eux que je restais quand les changements commençaient à titiller mes valeurs.

Il y a cependant eu un seuil quand je ne voulais plus vraiment négocier mes valeurs, me battre pour les aspects de l’enseignement et la formation qui était importants pour moi.  Les aspects comme le nombre d’heures d’enseignement nécessaire pour compléter un module, le nombre d’étudiants acceptés en cours, le nombre d’heures pour les projets et examens pour les étudiants.

J’ai senti qu’il était temps de changer de direction. J’ai choisi en pleurant de laisser mes étudiants (pas le travail !) et de partir.


J’ai tenu bon !

Mais d’abord, j’avais besoin de quelque chose d’enrichissant et qui me remplisse autant de passion que d’habitude. Quelque chose avec des gens. Quelque chose qui puisse mettre mes compétences pédagogiques à bon usage et aussi où je pourrai apprendre de nouvelles compétences. Compétences dont je pourrai être passionnée.

Après beaucoup d’introspection, j’ai décidé de m’entraîner avec des entraîneurs de renom et hautement respectés en études interculturelles, en coaching professionnel en groupe-équipe-interculturel et en PNL (Programmation Neurolinguistique).

Armée de connaissances anciennes, de tonnes d’expérience personnelle et professionnelle ainsi que d’un ensemble de nouvelles compétences, je me suis sentie prête et heureuse de me lancer seule.

Alors, en 2016, j’ai quitté l’Ecole de Commerce Supérieure dans laquelle j’ai travaillé pendant 18 ans et j’ai mis en place Frontières Coaching pour des entreprises ayant besoin de savoir plus sur la diversité culturelle.


Et aujourd’hui ?

En prenant tout ce que j’ai appris de chaque rencontre interculturelle, mes études sur les dimensions et l’impact de la diversité culturelle, aujourd’hui j’aime vraiment aider mes clients à trouver des façons efficaces de travailler ensemble, de créer un climat de confiance et d’apporter de la joie.

J’adore aider les gens à se sentir à l’aise et heureux de faire un excellent travail, qu’ils travaillent avec des cultures proches de chez eux ou de l’autre côté de la planète.

J’aime travailler avec des gens de partout et je ne peux pas penser à une meilleure façon d’utiliser mes forces, mes talents, ma passion et mon amour que de travailler avec des gens qui cherchent juste cela.

Et j’aime aider les gens comme vous à apprécier vos projets interculturels et à faire de votre travail une joie.

Je suis reconnaissant de pouvoir utiliser mon expérience et mon expertise pour aider les autres à dépasser le combat et à trouver ce qui fonctionne.

Votre prochaine étape

Êtes-vous prêt à vous sentir plus à l’aise dans des situations interculturelles et à établir des relations enrichissantes avec vos collègues?

Télécharger mon PDF gratuit:

Lorsque vous constatez que les différences culturelles entravent la progression, vous savez qu’une autre stratégie doit être lancée. Téléchargez mon GUIDE GRATUIT, en soulignant les 3 points clés de la compréhension interculturelle.

  Téléchargez mon GUIDE GRATUIT

Interculturalité au travail : vos premiers pas vers plus d'efficacité

L’investissement de prix pour ce paquet super-chargé est seulement €95

Il suffit de payer les frais de cours en ligne lors de la réservation de votre consultation initiale de 90 minutes et laissez-moi prendre soin du reste !

  • “Laurie est accessible avec un grand sens de l’humour, beaucoup d’énergie, et  un enthousiasme contagieux. Elle est un grand atout pour notre association professionnelle notamment en facilitant l’atelier « Présentez-Vous » au sein du Programme d’Amélioration Professionnelle du WWNG*. Je recommande Laurie pour les clients qui sont à la recherche d’encouragement, de bons commentaires, et d’une approche généreuse et attentive”.

    Mickey Farrance
    Mickey Farrance
    WWNG President (Working Women’s Network of Grenoble)
  • “Laurie possède une grande expérience interculturelle et interpersonnelle, et sa boîte à outils est équipée à merveille pour aborder ces sujets de manière efficace et ludique.  J’apprécie son sens de l’humour, son approche constructive et encourageante et ses appréciations honnêtes des situations.  Je la recommande pour la formation en communication interculturelle en individuel et en groupe, notamment pour des personnes qui « cliquent » avec une personnalité pétillante et dynamique.”

    Amy Church Morels
    Amy Church-Morel
    IREGE – IAE Savoie Mont Blanc – Université SMB Chambéry, France